LE MOT DU PRÉSIDENT - Afeji

LE MOT DU PRÉSIDENT

Imprimer cette page

 

AFEJI 1 – MOROSITE 0

 

M.DELEBARRE

Populations menacées par la guerre et la famine, crise migratoire, péril environnemental… je ne vais pas vous faire la litanie des raisons qui poussent à la morosité, mais reconnaissons qu’il est difficile de ne pas y céder.

L’AFEJI seule ne sauvera pas le monde, mais chaque jour, l’AFEJI « fait sa part » pour apporter du bon et du mieux aux 16 800 personnes qu’elle accompagne.

Depuis plusieurs mois, nos établissements ont  mis l’accent sur le sport pour mener à bien leurs missions. Notre journal «Echanges» témoigne de ces histoires enthousiasmantes, montre que l’impossible ne fait pas partie du vocable des équipes de l’AFEJI et de ses usagers, et que la morosité ne passera pas !

Certains s’interrogeront sûrement sur le bon emploi de nos budgets pour des pratiques sportives. Est-ce bien la priorité quand l’argent public se raréfie penseront-ils ! Et bien laissez moi vous dire ma conviction, celle que le sport est un levier efficace pour relever les défis qui sont les nôtres.

D’abord le sport joue un rôle significatif dans la lutte contre l’exclusion des populations migrantes et de toutes les personnes marginalisées et vulnérables. Les cours et les rencontres sportives permettent de créer du lien social, pour les adultes comme pour les jeunes. Les séances de sport proposées par le Centre d’Accueil Pour Demandeurs d’Asile de Dunkerque en est une illustration concrète.

La pratique sportive à visée éducative favorise ensuite l’apprentissage du vivre-ensemble. Elle permet de faire découvrir la réalité de valeurs telles que la tolérance, la solidarité, le courage… Le CPE Les Horizons  a fait le choix d’utiliser le sport pour faire le lien entre ces valeurs citoyennes et ses jeunes, pour leur donner les clés d’une vie plus harmonieuse en société. Et croyez-moi, ce n’est pas une gageure.

Le sport permet également de valoriser les capacités physiques et le potentiel des personnes en situation de handicap, pour leur redonner confiance en elles. Je suis le témoin admiratif de toutes celles et ceux qui pratiquent l’escrime, le judo, la plongée, la danse, le vélo… Les pratiques sportives douces maintiennent aussi les capacités physiques et cognitives de nos aînés, dont le mieux-être est une de nos priorités à l’AFEJI.

Enfin le sport génère du bonheur, celui de participer, de découvrir, de ressentir, de réussir, et parfois de gagner. Et quoi de mieux que des usagers heureux pour justifier de l’emploi du sport dans nos actions ? J’encourage d’ailleurs chacun des professionnels que vous êtes à les pérenniser, et à partager vos expériences pour les démultiplier là où elles ont du sens.

Je suis émerveillé par la créativité dont les professionnels font preuve pour innover et trouver des axes de travail complémentaires et efficients, au service de notre mission, sans transiger avec nos valeurs.

Evoquer le sport me rappelle la devise olympique Citius, Altius, Fortius. Cette formule illustre très justement l’état d’esprit qui anime les équipes de l’AFEJI. Plus vite, plus haut, plus fort, car c’est bien de cette manière que l’AFEJI répond aujourd’hui aux défis qui se présentent : avec réactivité, avec l’envie de se dépasser, et avec la volonté de donner le meilleur.

L’analogie avec le sport de compétition s’arrête là. L’AFEJI ne cherche effectivement ni médaille, ni podium. Notre ambition, notre victoire, est de continuer à « faire notre part », à œuvrer quotidiennement pour remplir notre mission, celle d’aider les personnes que nous accompagnons à retrouver leur dignité et leur capacité à se projeter dans l’avenir.


Michel DELEBARRE

Ancien Ministre d’État

Président de l’AFEJI

 Valeurs_AFEJI